Accueil > Actus

ACTUS

à la une
Assemblée générale de la coopérative
visuel à la une
Assemblée générale Coopemploi
à la une
Assemblée générale de la coopérative
21/07/2021 - Le Président, Gérard Massip, le Directeur général, Ali Mokadem ainsi que l’ensemble des coopérateurs se sont réunis au Chêne Vert, siège social de l’ANRAS.

 

L’Assemblée générale de la coopérative s’est déroulée vendredi 25 juin.

Le Président, Gérard Massip, le Directeur général, Ali Mokadem ainsi que l’ensemble des coopérateurs se sont réunis au Chêne Vert, siège social de l’ANRAS.

À l’ordre du jour, bilan de l’activité 2020, intégration des nouveaux coopérateurs et perspectives pour COOPEMPLOI.

Un point sur les dates importantes de la coopérative, un retour de nos coopérateurs et enfin, un zoom sur le bilan de formation.

La coopération, valeur essentielle qui anime chacun d’entre nous, est au cœur de l’action entreprise par l’ensemble des coopérateurs.

Aujourd’hui Coopemploi emploie plus de 800 équivalents temps plein, 47 associations font confiance à COOPEMPLOI et plus  de 200 établissements font appel à nos services dans toute l’Occitanie.

Cette Assemblée générale a également permis d’accueillir huit nouveaux coopérateurs :

  • IRFSS Croix Rouge Occitanie
  • IFRASS Toulouse
  • MECS Le Brassalay
  • EHPAD Foyer le Saint Sacrement
  • ADPEP 66
  • ITINOVA
  • AFDAIM 11
  • Association France Alzheimer 66.

L’occasion pour les différents directeurs et directrices d’associations, de se rencontrer, d’échanger et d’évoquer des projets communs autour de l’emploi et du recrutement.

L’ensemble des Coopérateurs ainsi que le Président, Gérard Massip et Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi, sont ravis de ces nouvelles coopérations.

 

L’AG en image, c’est par ici : Assemblée générale COOPEMPLOI

à la une
Assemblée générale de la coopérative
visuel à la une
Assemblée générale Coopemploi
à la une
Assemblée générale de la coopérative
21/07/2021 - Le Président, Gérard Massip, le Directeur général, Ali Mokadem ainsi que l’ensemble des coopérateurs se sont réunis au Chêne Vert, siège social de l’ANRAS.
lire la suite
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
Formation bienveillance - 1ère partie
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
06/07/2021 - Coopemploi a récemment proposé une formation sur le thème : « Promouvoir les pratiques de bienveillance en établissement médico-social ».

 

Coopemploi a récemment proposé une formation sur le thème : « Promouvoir les pratiques de bienveillance en établissement médico-social ».

« Plusieurs objectifs pédagogiques seront proposés au cours de cet apprentissage. Comprendre les notions de bientraitance et maltraitance, savoir utiliser les différents outils de prévention de la maltraitance, ainsi qu’apprendre à mener une réflexion sur ses propres pratiques professionnelles », explique la cadre de santé et formatrice Catherine MONPLAISI.

Une formation professionnelle en deux temps :

La formation se déroule en deux parties, celle-ci était la première, elle s’est déroulée à Albi.

Les professionnels intérimaires, ont eu la possibilité d’échanger, de parler de leurs expériences et de leurs pratiques.

« Les moments comme celui-ci sont rares lorsque nous sommes en poste dans les établissements. Nous ne sommes pas souvent amenés à participer aux réunions des titulaires, nous retrouver aujourd’hui et échanger autour de cette thématique est important », souligne Luana, Monitrice adjointe d’animation.

 

 

Lors de cette première journée d’apprentissage, les professionnels ont également évoqué les différentes formes de maltraitance, les violences physiques, psychiques ou morales, violences matérielles et financières, violences médicales ou médicamenteuses, négligences actives, négligences passives, maltraitance civique, violences institutionnelles.

Cette thématique de formation concerne toute personne en relation avec des usagers. Il suffit d’une chose pour basculer dans la maltraitance », conclut Jean-Baptiste, Moniteur adjoint d’animation.

La seconde partie de la formation aura lieu le 29 septembre prochain à Albi, au programme, éthique professionnelle, réflexion éthique, communication et mise en situation.

06/07/2021
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
06/07/2021
Formation “Bienveillance” – 1ère partie
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
La directrice de l'association ERASME, Pascale WEISS et le directeur général de COOPEMPLOI, Ali Mokadem, lors de la signature de la convention.
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
18/06/2021 - Cette semaine, la coopérative a eu le plaisir de signer une nouvelle convention de partenariat. Il s’agit d’une collaboration avec l’ERASME, l’institut de formation aux métiers du social.

 

Cette semaine, la coopérative a eu le plaisir de signer une nouvelle convention de partenariat.

Il s’agit d’une collaboration avec l’ERASME, l’institut de formation aux métiers du social.

La structure et son CFA délivrent différentes formations aux métiers d’éducateur spécialisé et de moniteur éducateur. L’institut met en place de la formation continue concernant la médiation animale et canine, évaluation externe et la fonction de coordination.

L’association ERASME, implantée en Occitanie délivre des formations diplômantes certifiantes, mais aussi des formations à la demande. L’institut œuvre également dans le champ de la recherche et à l’international.

« La précarité de l’emploi concerne une grande partie des jeunes. C’est un point qui nous importe et que nous souhaitons travailler au sein de l’association. Ce partenariat avec la coopérative de travail temporaire apportera une solution à nos étudiants », explique Pascale WEISS, directrice de l’association Erasme.

Les jeunes diplômés et les étudiants en cours de formation pourront désormais compter sur Coopemploi pour travailler durant les week-ends, les vacances scolaires ou même pour ceux qui le souhaitent, après les cours.

« Le statut de candidat-élève constituera un vrai statut pour ces jeunes, avec une véritable grille de salaires. Ils auront la possibilité d’intervenir dans plusieurs types d’établissements comme des ITEP, des MECS ou des IME », souligne M. Mokadem, directeur général de Coopemploi.

Une belle opportunité pour ces étudiants et jeunes diplômés en recherche d’emploi qui pourront développer leurs compétences, acquérir de l’expérience, à Toulouse ainsi que dans toute l’Occitanie.

Cette coopération permettra également aux professionnels intérimaires inscrits chez Coopemploi d’envisager de participer à des formations.

« Nous allons travailler ensemble sur la mise en place de formation, sur des thématiques variées comme la gestion de la violence ou tout ce qui est lié à la prise en charge », ajoute le directeur général de la coopérative.

Une alliance précieuse qui réjouit donc les étudiants à Erasme, mais aussi les professionnels intérimaires Coopemploi.

 

18/06/2021
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
18/06/2021
Une nouvelle convention de partenariat pour Coopemploi !
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
Manon PORTET consultante formatrice en qualité alimentaire entourée des professionnels intérimaires
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
16/06/2021 - Cette semaine, s’est tenue la formation HACCP, mise en place par la coopérative. La méthode HACCP évalue et maîtrise les dangers menaçant la salubrité et la sécurité des aliments. 

Hier, s’est tenue la formation HACCP, mise en place par la coopérative.

La méthode HACCP évalue et maîtrise les dangers menaçant la salubrité et la sécurité des aliments.

Ce système qui permet de contrôler la sécurité alimentaire dans le but de prévenir, éliminer et réduire à un niveau acceptable les dangers biologiques comme les virus et les bactéries, physiques comme les pesticides par exemple ou chimiques (bois, verre, etc.) a permis d’avoir une approche nouvelle dans la maîtrise de la qualité.

La démarche est une analyse des dangers permettant la mise en place de points critiques là où il est possible de les maîtriser. Ainsi, l’HACCP met l’accent sur le contrôle et l’amélioration des produits en cours de fabrication.

Cette formation est donc venue renforcer les compétences de certains professionnels intérimaires désireux de mieux comprendre les règles d’hygiène.

« Plusieurs points ont été abordés lors de cette formation. Dans un premier temps, pourquoi il est important de la qualité. Nous avons ensuite échangé sur les différents dangers liés à notre alimentation puis les moyens de maîtrise des risques », explique Manon PORTET, consultante formatrice en qualité alimentaire.

Cette journée de formation permettra à certains professionnels intérimaires qui souhaitent postuler à des postes de commis de cuisine, d’approfondir leurs compétences afin de mettre tous les atouts de leur côté.

« C’est une véritable remise à niveau me concernant. Je connais les règles d’hygiène, mais je ne les comprenais pas forcément. Approfondir mes connaissances est une belle opportunité », constate Isabelle, cuisinière.

« Je suis agent de service et je souhaite pouvoir postuler à des missions de commis de cuisine. Cette formation était nécessaire pour moi. Je vais désormais pouvoir élargir mes compétences et donc mes recherches d’emploi », se réjouit Abdelkader.

 

Une journée d’apprentissage qui permettra donc à certains professionnels intérimaires d’effectuer des missions dans un nouveau domaine et aux autres de revoir les différentes étapes de la méthode HACCP.

16/06/2021
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
16/06/2021
Mieux comprendre les règles d’hygiène avec la formation HACCP
COOPEMPLOI fête la réussite !
COOPEMPLOI fête la réussite !
Fatima Majji entourée des gestionnaires de planning - Toulouse
COOPEMPLOI fête la réussite !
09/06/2021 - Cette semaine, l’une de nos professionnelles intérimaires a obtenu son diplôme d’Aide-soignante. Fatima Majji est venu à l'agence de Toulouse partager la bonne nouvelle avec les gestionnaires de planning.

Cette semaine, l’une de nos professionnelles intérimaires a obtenu son diplôme d’Aide-soignante. Fatima Majji est venu à l’agence de Toulouse partager la bonne nouvelle avec les gestionnaires de planning.

Fatima était infirmière et exerçait au Maroc, mais lorsqu’elle s’est installée en France, cette dernière n’a pas pu exercer ses fonctions.

« Les diplômes et les formations sont différents d’un pays à l’autre. Mon diplôme d’infirmière n’était pas valable en France », souligne la jeune femme.

En 2018 lors de la mise en place de la coopérative Fatima a rejoint notre équipe de professionnels intérimaires afin d’effectuer différents remplacements.

« J’ai rejoint Coopemploi en tant qu’Aide-soignante faisant fonction. J’ai pu intervenir dans plusieurs établissements comme, le F.A.M. l’Oustal, la M.A.S. Al Catou et l’Ehpad Maréchal Leclerc », explique Fatima.

En parallèle, elle décide d’effectuer une validation des acquis de l’expérience et obtient son diplôme d’Aide-soignante.

« J’avais réellement envie de revenir aux soins, c’était primordial pour moi. J’ai choisi ce métier par passion et je souhaite pouvoir continuer. Il me reste encore des modules à valider et un certain nombre d’heures à effectuer avant de pouvoir exercer en tant qu’infirmière », se réjouit Fatima.

La semaine dernière, toute l’équipe Coopemploi a ainsi fêté la réussite de la jeune femme en sa compagnie, en partageant un moment réjouissant rempli de gaieté et de bonne humeur.

Bravo à vous Fatima pour ce beau travail !

09/06/2021
COOPEMPLOI fête la réussite !
COOPEMPLOI fête la réussite !
09/06/2021
COOPEMPLOI fête la réussite !
Nouvelle collaboration : Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
Nouvelle collaboration :  Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi et Jean-Yves Boullet directeur général de l'IFRASS campus Louis Lareng lors de la signature de la convention de collaboration
Nouvelle collaboration : Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
28/05/2021 - Vendredi 28 mai dernier, la coopérative et l’IFRASS – Campus Louis Lareng à Toulouse ont signé une convention de collaboration.

 

L’Institut de Formation, de Recherche, Animation, Sanitaire et Social prépare les futurs professionnels du secteur Sanitaire et Social à l’obtention de différents diplômes   :

  • Diplôme d’État de Puéricultrice
  • Auxiliaire de puériculture
  • Aide-soignant
  • Éducateur Jeunes Enfants
  • Éducateur spécialisé
  • Moniteur éducateur
  • Accompagnant Éducatif et Social

 

« Cette collaboration permettra aux étudiants qui le souhaitent de pouvoir travailler au sein des structures de nos coopérateurs durant les week-ends et les vacances scolaires », explique Ali Mokadem, Directeur général de Coopemploi.

« La formation sur le terrain est toute aussi importante que la formation théorique. Ce partenariat permettra à nos futurs professionnels de découvrir leur métier ainsi que la réalité des structures », souligne Jean-Yves Boullet, Directeur général de l’IFRASS.

 

 

Cette belle coopération permettra donc aux étudiants de travailler pendant leur formation tout en découvrant les différentes structures que propose Coopemploi.

Aujourd’hui, 46 associations et plus de 200 établissements répartis dans toute l’Occitanie font partie de la coopérative à but non-lucratif.

28/05/2021
Nouvelle collaboration : Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
Nouvelle collaboration :  Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
28/05/2021
Nouvelle collaboration : Coopemploi et l’IFRASS – Campus Louis Lareng deviennent partenaires.
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi accueilli par Jean-Christophe Wallaert, DRH de l'APAJH Fédération
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
19/05/2021 - Coopemploi souhaite la bienvenue aux nouveaux établissements de son coopérateur, l’APAH Fédération.

 

L’APAJH est une association qui se mobilise depuis 1962 pour faire reconnaître les droits des personnes en situation de handicap. En véritable mouvement citoyen, l’association appelle à une société où l’ensemble des dispositifs sont accessibles à tous dans le respect de chacun.

Ali Mokadem, directeur général de la coopérative et Alexandra Cauquil, responsable RH ont rencontré les équipes de l’APAJH.

« Dans un premier temps, le directeur a échangé avec les professionnels en CDD, futurs intérimaires afin de leur présenter la coopérative et les changements à venir.

Je me suis ensuite chargée d’introduire la plateforme au sein des équipes, leur en expliquer le fonctionnement, car il s’agit d’un outil de transmission d’information qui leur sera nécessaire au quotidien », indique la responsable RH.

Les nouveaux établissements qui font désormais partie de la coopérative sont :

Le Foyer de Vie, le Foyer d’Accueil Médicalisé, la Maison d’accueil Médicalisée, le SAIS Jacques Besse. L’ensemble des établissements se situent à Lavaur dans le Tarn.

Retrouvez toutes les informations concernant l’association ici :

APAJH Fédération

19/05/2021
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
19/05/2021
La Coopérative accueille de nouveaux établissements dans le Tarn
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
13/05/2021 - Géré par l’association Notre Dame de la Joie, le Domaine de la Cadène est né de la fusion de deux établissements en 2007. Située à Toulouse, au cœur d’un parc magnifiquement arboré, la structure offre à ses résidents un environnement calme et paisible.

 

Géré par l’association Notre Dame de la Joie, le Domaine de la Cadène est né de la fusion de deux établissements en 2007.

Située à Toulouse, au cœur d’un parc magnifiquement arboré, la structure offre à ses résidents un environnement calme et paisible.

Spécialisé dans le domaine de la gériatrie, l’établissement propose également des services complémentaires répondant à différents besoins concernant les personnes âgées fragiles ainsi que les personnes âgées dépendantes.

Il est constitué de différents services :

  • Service de soin longue durée comprenant une unité de psychogériatrie avec une UHR.
  • Service d’hébergement pour personnes âgées dépendantes(EHPAD) avec un PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) labellisé.
  • Service d’hébergement temporaire.
  • Service d’accueil de jour.
  • Service de soins infirmiers à domicile : SSIAD SADET-CADENE.
  • Une plateforme d’accompagnement et de répit des aidants familiaux.

Lors de leur dernière rencontre, Stéphanie Dallemagne, directrice de la Cadène et Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi ont souhaité échanger sur leur culture et leurs valeurs communes. Des valeurs associatives fortes où la solidarité et l’accompagnement sont au cœur de tout.

« Nous voulons nous montrer bienveillants envers nos coopérateurs, mais aussi nos intérimaires. Il est essentiel que les travailleurs intérimaires aient envie d’aller effectuer des remplacements dans les établissements », explique le directeur de Coopemploi.

« La qualité de prise en charge de nos résidents est notre priorité. Il est important que le personnel remplaçant intervenant au sein de notre structure se sente bien. Nous souhaitons que la personne qui rejoint nos équipes pour la première fois se sente accueillie et attendue », ajoute la responsable de la Cadène.

 

Retrouvez toutes les informations concernant cet établissement sur leur site internet, Domaine de la Cadène.

Domaine de la Cadène

15 impasse de La Cadène
31200 Toulouse

e-mail : contact@lacadene.fr

Tel : 05.61.13.73.27
Fax : 05.34.40.45.58

13/05/2021
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
13/05/2021
ZOOM sur l’un des établissements de la coopérative : Le Domaine de la Cadène
Bienvenue aux PEP 31
Bienvenue aux PEP 31
Bienvenue aux PEP 31
02/04/2021 - La coopérative s'agrandit et accueille aujourd'hui un nouveau coopérateur ! Il s'agit de l’Association Départementale des Pupilles de l'Enseignement Public de la Haute-Garonne aussi appelée les PEP 31. Nous partageons avec eux de nombreuses valeurs, dont la solidarité et l'esprit coopératif qui nous anime.

 

Coopemploi accueille un nouveau coopérateur : l’Association Départementale de Haute-Garonne aussi appelée les PEP 31.

Plusieurs établissements font donc désormais partie de la coopérative :

Le Foyer d’Accueil Médicalisé Le Rieutort :

L’établissement accueille des personnes adultes en situation de handicap du fait de leurs troubles mentaux. Leur capacité de mobilisation de compétences ne permet pas l’accès à une situation de travail, leur autonomie personnelle nécessite donc un accompagnement et une aide spécialisée pour l’exercice de la vie quotidienne.

L’Institut Médico Éducatif Henri Dinguirard :

La structure a pour mission de mettre en œuvre un programme d’actions individualisées en matière de soins, d’éducation et d’enseignements spécialisés, en accompagnement du parcours de vie de la personne accueillie, pour son projet personnel. Le but est de restaurer, conforter, développer les compétences et capacités de la personne accueillie, pour favoriser sa meilleure qualité de vie de citoyen, selon son autonomie personnelle et sociale.

Le Service d’Éducation Spéciale et de Soins À Domicile Henri DINGUIRARD

Le SESSAD est agréé pour la mise en place et l’accompagnement de 24 projets personnalisés pour des enfants et adolescents de 6 à 16 ans.
Selon les notifications de la MDPH, la capacité d’accueil est de 10 places d’I.T.E.P, 10 places d’I.M.E et 4 places à destination d’enfants porteurs de troubles du spectre autistique – TSA.

Coopemploi visitera prochainement les autres établissements des PEP 31 :

  • L’ITEP St Exupéry à VILLEMUR SUR TARN à 35 km au nord de TOULOUSE.
  • Le SESSAD St Exupéry, localisé sur la commune de BRUGUIERES à 20 km au nord de TOULOUSE.
  • La Crèche multi-accueil, le coin des ninous à Toulouse.
  • Le Lieu d’Accueil Enfants Parents à Toulouse.

 

 

Lors de cette première visite, Marc Camilleri, responsable des opérations Coopemploi a rencontré les différentes directrices adjointes des établissements ainsi que la chef de service, l’IDEC et le directeur de Pôle, Vincent Borrell.

« L’objectif de cette rencontre est principalement de leur montrer le fonctionnement de notre plateforme. Elle est plutôt facile d’utilisation, car intuitive, mais il est important de voir certains points ensemble », souligne le responsable.

« C’est bien que l’équipe de Coopemploi rencontre notre équipe et surtout puisse voir les différents établissements, le lieu ainsi que le cadre dans lequel les futurs intérimaires interviendront », précise le directeur du Pôle.

Coopemploi sera principalement à la recherche d’Éducateurs spécialisés, de Moniteurs éducateurs pour intervenir sur les établissements de la PEP 31. D’autres besoins comme des Aides-soignants, Aides Médico-psychologique, Accompagnants éducatifs et sociaux ou encore des Agents de services d’intérieur seront éventuellement nécessaires.

02/04/2021
Bienvenue aux PEP 31
Bienvenue aux PEP 31
02/04/2021
Bienvenue aux PEP 31
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
18/03/2021 - Comme vous le savez, Coopemploi n'a pas vocation à maintenir les intérimaires dans la précarité. L'objectif premier de la coopérative est d'accompagner les travailleurs vers une stabilité professionnelle au sein des structures. C'est pourquoi nous sommes toujours ravis lorsque certains se voient proposer des contrats en CDI. C'est d'ailleurs le cas de Sylvie qui faisait partie de l'équipe depuis plus d'un an.

 

Sylvie, l’une de nos intérimaires Coopemploi a récemment rejoint l’équipe du personnel permanent du Foyer Pierre Gauthier à Gratentour.
La jeune femme, aujourd’hui infirmière diplômée d’État a d’abord porté plusieurs casquettes : « Mon parcours est assez atypique. Avant de reprendre mon métier d’infirmière, j’ai effectué plusieurs autres métiers. J’ai été responsable de formation à la vie associative ainsi que formatrice en informatique et en gestion de projet associatif. J’ai également mis en place une maison d’accueil pour femmes en difficulté dans le nord de la France ».
Il y a près d’un an, Sylvie a décidé de travailler à mi-temps uniquement, afin de profiter d’un peu de temps libre et se concentrer sur ses projets personnels.

Mais la Covid est arrivée et certains de mes projets ont changés. J’ai ensuite eu envie d’effectuer de nouvelles missions de remplacement à l’EHPAD Marie-Louise à Pechbonnieu, établissement pour lequel j’avais déjà travaillé quelques années plus tôt. Je me suis donc inscrite chez Coopemploi en tant qu’intérimaire”.

“J’ai principalement effectué des missions de remplacement au Foyer d’Accueil Spécialisé Marie-Louise “Pierre Gauthier” à Gratentour. Suite au départ à la retraite d’une Infirmière, un poste en CDI m’a été proposé. Poste que j’ai accepté et que j’occupe depuis. Mon expérience au sein de Coopemploi a duré un peu plus d’un an et s’est très bien passé “.

18/03/2021
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
18/03/2021
Portrait : Sylvie Tiberghien, Infirmière.
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
08/03/2021 - Il y a quelques jours, Coopemploi a rencontré son tout nouveau coopérateur, l’association, l’ESSOR.

 

Il y a quelques jours, Coopemploi a rencontré son tout nouveau coopérateur, l’association, l’ESSOR.

Plusieurs de leurs établissements font désormais partie de la coopérative : 

  • La Maison d’Enfant à Caractère Social Gaillardie, 
  • Le Dispositif Institutionnel, Thérapeutique, Éducatif et Pédagogique et la MECS « La Grande Allée ».

« Ces trois établissements accueillent des enfants, des adolescents et des jeunes adultes de 6 à 21 ans en difficultés sociales et familiales présentant ou non un handicap », souligne le directeur adjoint, Olivier Roussel.


L’association l’ESSOR est un véritable a
cteur de terrain dont les actions sont avant tout tournées vers l’accueil et l’accompagnement des personnes en difficultés sociales, familiales ou en situation de handicap. 

Leurs valeurs inspirent quotidiennement leurs pratiques :

  • Reconnaître la personne accueillie dans sa dignité,
  • Considérer chacun dans sa globalité,
  • Aider chaque personne accompagnée à s’insérer socialement et à exercer une pleine citoyenneté,
  • Faire valoir l’importance des droits et des devoirs de chacun.

 

La MECS, le DITEP “La Grande Allée” et le foyer Gaillardie sont situés à Toulouse en Haute-Garonne.

 

Lors de cette rencontre, Coopemploi a également rencontré l’équipe de professionnels qui effectuent des contrats au sein de ces établissements.

Ils sont éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs ou encore secrétaires comptables et rejoindront prochainement la coopérative en tant que travailleurs intérimaires.

« L’objectif de cette rencontre est d’abord de les rassurer », explique Marc Camillerie, responsable des opérations « Nous avons souhaité leur présenter la coopérative et aborder avec eux les points importants comme le salaire, la reprise de l’ancienneté, les offres d’emploi et les formations que nous proposons”.

“Certains d’entre eux n’ont jamais fait d’intérim, il est donc nécessaire de leur expliquer le fonctionnement”, ajoute Géraldine De Resseguier, responsable du pôle recrutement. 

Le fait que leur relation avec les cadres de service ne changera pas doit également être souligné. Ce sont eux qui les solliciteront directement lorsqu’ils auront des besoins. Coopemploi n’interférera pas dans leur relation professionnelle.

Noémie effectue des remplacements au sein de l’ESSOR en tant qu’éducatrice spécialisée depuis quelque temps maintenant et se réjouit de ce nouveau partenariat : « Je suis actuellement à mi-temps et c’est très intéressant de savoir que je vais pouvoir m’appuyer sur Coopemploi pour essayer d’effectuer des remplacements et combler mon emploi du temps ».

 

Infos pratiques :

L’ESSOR MECS et DITEP LA GRANDE ALLEE
1, allée Frédéric Mistral
31400 Toulouse
05.62.26.95.55
05 61 52 41 99

lessor.toulouse@lessor.asso.fr

L’ESSOR TOULOUSE MECS GAILLARDIE
106, chemin de Gaillardie
31100 Toulouse
05 34 36 45 45
05 34 36 45 46

lessor.mecs.lga@lessor.asso.fr

08/03/2021
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
08/03/2021
Zoom sur notre coopérateur l’association l’ESSOR
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
05/02/2021 - Leslie travaille au sein de Coopemploi depuis maintenant près de 2 ans et elle a récemment eu le plaisir de nous annoncer la signature d’un contrat en CDI.

 

Leslie est l’une de nos intérimaires depuis maintenant près de 2 ans et elle a récemment eu le plaisir de nous annoncer qu’elle a accepté la signature d’un contrat CDI.

« Mon expérience en tant qu’intérimaire au sein de Coopemploi m’a permis d’effectuer des missions au sein de plusieurs établissements dont la MAS Al Cantou ou encore l’E.H.P.A.D Maréchal Leclerc. Mais c’est à l’E.H.P.A.D le Village, à Peyssis que j’ai décidé de poser les valises ».

Après avoir travaillé près de 10 ans en tant qu’agent des services hospitaliers, Leslie obtient son diplôme d’Aide-soignante et sa carrière professionnelle prend alors un autre tournant.

« Je n’avais plus envie d’appartenir à une équipe ou à une hiérarchie. J’avais besoin d’acquérir de l’expérience, d’apporter mon savoir être et mon savoir-faire à plusieurs structures. C’est ce que j’ai pu faire grâce à l’intérim.

J’ai obtenu davantage de liberté dans mes choix professionnels, mais aussi personnels. Pendant ces deux années, j’ai pu acquérir de l’expérience et apporter une approche, un soin différent, adapté et individualisé.

Aujourd’hui, je suis très heureuse de rejoindre l’équipe permanente de l’E.H.P.A.D le Village. Le cadre, l’environnement me correspondent totalement et favoriseront, j’en suis sûre mon épanouissement ».

Toute l’équipe Coopemploi s’est bien évidemment réjouie de cette nouvelle.

La coopérative a pour souhait de permettre à chaque travailleur intérimaire de trouver un emploi pérenne et de ne pas favoriser l’emploi précaire.

05/02/2021
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
05/02/2021
Portrait : Leslie Clapier, Aide-soignante
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
26/01/2021 - La Fondation Marie-Louise a été créée sous forme associative en 1981 par une dizaine de parents d’enfants souffrant de handicap lourd.

Si Marie-Louise a un rôle indéniable de sensibilisation pour faire évoluer les regards portés sur le handicap, sa principale mission consiste à offrir des solutions concrètes pour améliorer le bien-être et le cadre de vie d’enfants devenus adulte et qui souffrent d’un manque de prise en charge adaptée à leur handicap.

Depuis la création de notre coopérative, Marie-Louise fait partie de nos coopérateurs. Nous mettons tout en œuvre pour leur proposer au quotidien du personnel intérimaire.

Les établissements :

La Maison d’Accueil Spécialisée le Coquelicot

« Quarante deux résidants âgés de 18 ans et plus sont actuellement accueillis au sein de la structure.

Ils sont répartis dans 4 unités de vie :

Deux unités polyhandicap et deux unités qui encadrent des personnes en situation d’autisme.

Notre projet répond aux bases de toutes les MAS, à savoir, un établissement médico-social accueillant des personnes adultes présentant des déficiences mentales, motrices et sensorielles lourdes. Ces personnes sont adultes et n’ont pu acquérir un minimum d’autonomie et ne peuvent effectuer seuls les actes de la vie courante.

Le plus important pour nous, c’est de privilégier nos échanges avec les travailleurs intérimaires. L’équipe de titulaires s’organise toujours de façon à guider les professionnels remplaçant lorsqu’ils débutent sur l’établissement ». Mme Constant Françoise, Chef de service.

Françoise Constans, Chef de service à la M.A.S le Coquelicot entourée de son collègue Daniel Conte et de Tancrède, chargé de recrutement.
La Maison d’Accueil Spécialisée l’Oustalet

« Vingt-deux personnes résident à la M.A.S l’Oustalet. Ces personnes en situation d’Handicap Psychique sont réparties sur 4 micro-unités de 5 à 6 résidants.

Deux professionnels de terrain interviennent par unité.

L’ambition de notre établissement est de consolider les acquis et d’apporter des pistes d’amélioration pour améliorer le quotidien de nos professionnels soignants & de nos résidants.

À l’Oustalet, on aime avoir de nouveaux intérimaires. On apprécie découvrir différentes méthodes de travail, mais aussi différentes personnalités. Les professionnels diplômés, les faisant-fonction, mais aussi les candidats élèves peuvent postuler à nos offres d’emploi ». Mme Estebe Laetitia, Chef de service.

Le F.A.M de Gratentour

« Le Foyer a été créé en 1996, il partage avec la M.A.S un parc agréable et arboré qui fait le bonheur des résidants. Le F.A.M Marie-Louise accueille 39 personnes en situation de handicap mental. Ce sont des personnes qui malgré leur autonomie, leurs capacités intellectuelles et motrices, souffrent de troubles du comportement important.

La structure est composée de 5 unités et d’un studio thérapeutique. Notre besoin de remplaçants et important. Nous sollicitons principalement des Aides-soignants, des Aides médico-psychologiques et des Infirmiers pour remplacer nos titulaires.

Nous aimons qu’il y ait une certaine stabilité dans l’encadrement, c’est pourquoi nous essayons de travailler avec des professionnels que nous connaissons et qui ont l’habitude d’intervenir au sein de la structure.

Lorsqu’un nouveau travailleur intérimaire se présente, nous prenons le temps de lui expliquer le fonctionnement de la structure ». Mme Sans Maryvonne.

La Maison de Vie Alain Mondon

« La Maison ou Foyer de vie Alain Mondon accueille 40 personnes atteints de déficience mentale et autres troubles psychiatriques. Nous les accueillons dès l’âge de 40 ans et jusqu’en fin de vie. Contrairement aux résidants de la M.A.S, toutes ces personnes sont autonomes. Nous apportons principalement un accueil éducatif. Nos équipes sont constituées, d’infirmiers, d’aides-soignants, d’aides médico-psychologiques, d’un kiné, d’un psychiatre, d’un médecin généraliste, d’un éducateur spécialisé, d’une infirmière coordinatrice et d’un directeur multi-sites ». Véronique Larose.

L’une des résidantes de la Maison de Vie entourée de la Chef de service Véronique Larose et Tancrède.

Les autres établissements de la Fondation Marie-Louise :

  • La M.A.S de Gratentour
  • La Ferme Vivaldi les 4 saisons
  • Le Centre d’équithérapie
26/01/2021
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
26/01/2021
Zoom sur notre coopérateur la Fondation Marie-Louise
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
Formation : Comprendre les personnes autistes et mieux appréhender leurs comportements-problèmes
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
24/12/2020 - Il y a quelques jours Coopemploi organisait une formation afin d’apporter des connaissances supplémentaires aux professionnels de santé intervenant auprès de personnes souffrant d’autisme. Le thème de la formation : comprendre les personnes autistes et mieux appréhender leurs comportements-problèmes.

 

« L’objectif de la formation est d’amener les professionnels à adapter leur action aux spécifiés des personnes autistes. Comment motiver une personne lorsqu’une activité ne lui plaît pas, par exemple. Que peut-on apporter à l’activité pour qu’elle se déroule mieux ? ».  Linda Montenvert, éducatrice spécialisée et spécialiste de l’autisme et du TSA.

Au programme des deux jours de formation de nombreux points ont été abordé : définition d’un Trouble du Spectre de l’Autisme; prévalence et pathologie associées; mesures préventives : prévisibilité de l’environnement, mise en œuvre du pairing et du renforcement, apprentissage d’une communication fonctionnelle; distinction entre gestion de crise et gestion de comportements-problèmes.

Linda Montenvert, formatrice et experte dans le domaine de l’autisme et TSA, entourée des travailleurs intérimaires.
Linda Montenvert, formatrice et experte dans le domaine de l’autisme et TSA, entourée des professionnels de santé et de l’éducatif .

« Même si nous avons tous beaucoup de connaissances, notre comportement n’est pas toujours adapté face à une personne autiste. La formatrice essaie de nous conseiller et de résoudre des problèmes rencontrés lors de situations précises », explique Dominique, AMP.

« Le fait de tous nous retrouver autour de cette formation nous permet d’échanger de partager nos expériences. On prend conscience que les résultats de notre travail ne seront pas immédiats et c’est normal », confie Rémi, AES.

« Ce qui est important, c’est que cette formation apportera de la crédibilité à notre travail auprès des équipes permanentes des établissements. Nous pourrons en discuter avec eux, leur faire un retour. C’est intéressant », se réjouit Christine, AMP.

Pour plus d’informations concernant nos prochaines formations, vous pouvez contacter la responsable Alexandra Cauquil : alexandra.cauquil@coop-emploi.fr

24/12/2020
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
24/12/2020
Comment mieux appréhender l’autisme – Formation Coopemploi
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
21/12/2020 - Dan Bertrand, expert en gestion des conflits, a de nouveau animé une formation Coopemploi. Huit intérimaires ont eu la possibilité de suivre cette formation qui portait sur le thème de l’autorité bienveillante.

 

Trois jours de cours théoriques et pratiques où les professionnels spécialisés dans le domaine éducatif, ont pu échanger sur différentes problématiques rencontrées dans leur quotidien.

« Cette formation nous pousse à la réflexion. Face à des enfants, adolescents ou parfois jeunes adultes, on se demande souvent que faire de leur agressivité ? », José éducateur spécialisé.

Et cette question, les professionnels se la posent régulièrement. Durant trois jours, Dan Bertrand leur a donné des conseils et des outils afin de se protéger en douceur, sans se blesser et sans blesser l’autre.

Dan Bertrand et Mohamed en pleine séance d’entrainement de self-défense.

 

« Pendant cette formation, ils apprennent comment se positionner face à un jeune, quelles postures adopter, comment anticiper les gestes de l’autre. La meilleure façon de gérer la violence, c’est de savoir l’appréhender », conseille le formateur qui est également instructeur défense-protection et formateur pour les forces de l’ordre (GIGN et RAID).

Manel, Monitrice adjointe d’animation est également ravie de ces trois jours de formation : « Je vais pouvoir utiliser certaines techniques dans mon quotidien. Savoir systématiquement garder une distance entre le jeune et moi, toujours garder mes mains positionnées au niveau de ma poitrine et parler avec des gestes afin d’être toujours prête à me protéger et me défendre si besoin », indique la jeune femme.

Des outils nécessaires et simples à mettre en pratique pour un quotidien plus serein, c’est ce que Dan Bertrand a essayé d’apporter à nos travailleurs intérimaires lors de ces trois jours de formation.

 

Le groupe présent sur la formation a pu pratiquer les prises de self-défense sur Bob, le mannequin d’entrainement.

 

Pour tous renseignements concernant les formations proposées par Coopemploi, vous pouvez contacter la responsable Alexandra Cauquil : alexandra.cauquil@coop-emploi.fr

21/12/2020
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
21/12/2020
Nouvelle formation avec Dan Bertrand : exercer une autorité bienveillante
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
02/12/2020 - Coopemploi organise sa nouvelle formation sur le thème de l’autisme. Cette formation est mise en place pour toutes personnes souhaitant travailler auprès d’adultes ayant des troubles autistiques.

Coopemploi organise sa nouvelle formation sur le thème de l’autisme.Cette formation est mise en place pour toutes personnes souhaitant travailler auprès d’adultes ayant des troubles autistiques.

La formation comprend deux niveaux :

Niveau 1, pour les novices : les 15 et 16 décembre,

Niveau 2, pour les professionnels plus expérimentés : les 17 et 18 décembre.

L’ensemble de la formation s’effectuera à Toulouse.

Si vous souhaitez vous former ou développer vos compétences n’hésitez pas à contacter la responsable formation, Alexandra Cauquil, par mail alexandra.cauquil@coop-emploi.fr ou par téléphone : 05 67 31 21 62.

02/12/2020
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
02/12/2020
Se former afin de mieux appréhender l’autisme chez l’adulte
Journée internationale des Aides-soignants
Journée internationale des Aides-soignants
Journée internationale des Aides-soignants
26/11/2020 - Aujourd’hui, jeudi 26 novembre la profession des aides-soignants est à l’honneur avec une journée internationale qui leur est dédiée.

Une journée qui reste encore trop discrète, mais qui existe pourtant depuis 2010. Un métier souvent décrit comme en manque de reconnaissance et qui a malgré lui été sous les feux de la rampe cette année avec la crise sanitaire liée au Covid-19.

« Il est vrai que les infirmiers nous font souvent de l’ombre. Notre métier est pourtant formidable malgré les difficultés que l’on rencontre. Je compte sur cette journée internationale pour faire la lumière sur les risques que nous rencontrons au quotidien. Il n’est pas toujours simple de travailler avec des personnes en situation de handicap ou qui souffrent d’autisme. J’aimerais également souligner l’importance du diplôme de cette profession. J’ai moi-même été faisant fonction pendant de nombreuses années. Obtenir mon diplôme avec la Croix-Rouge a complètement changé la donne ». Fatima, Aide-soignante depuis près de 13 ans.

Nous espérons que cette 10e journée internationale des aides-soignants permettra à cette belle profession d’être reconnue et valorisée à sa juste valeur.

Actuellement, Coopemploi recrute des Aides-soignants :

Ariège : Ehpad le Château à Verniolle, pour des missions de remplacements ponctuelles jusqu’à la fin du mois de janvier.

             FAM de Saint Girons, pour des missions de remplacements régulières prévues jusqu’à la fin du mois de janvier.

Haute-Garonne : Ehpad Maréchal Leclerc à Saint-Lys, deux postes en CDD sont à pourvoir, il s’agit d’un contrat d’un an. Les prises de postes sont prévues dès le 2 janvier 2021.

Pour envoyer vos candidatures : agence@coop-emploi.fr ou via notre site www.coop-emploi.fr

26/11/2020
Journée internationale des Aides-soignants
Journée internationale des Aides-soignants
26/11/2020
Journée internationale des Aides-soignants
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
Caroline-Marie Cavard et nos intérimaires lors de la formation sur la place de l’Autre dans les métiers de l’humain.
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
25/11/2020 - La place de l’Autre dans les métiers de l’humain, c’est le thème de la journée de formation qui s’est déroulée cette semaine au sein de Coopemploi. C’est dans le cadre d’un doctorat en Sciences de l’Éducation et de la Formation à l’université Jean Jaurès à Toulouse que Caroline-Marie Cavard a animé sa formation auprès de nos intérimaires.

 

« Le but de cette journée était de réfléchir ensemble, collectivement et d’échanger sur nos différentes pratiques professionnelles ». Caroline-Marie Cavard.

La journée s’est déroulée en deux parties, des entretiens collectifs sous forme de focus groupes qui ont permis aux intérimaires d’échanger sur leur parcours professionnel et sur leur poste actuel, puis dans un second temps, un théâtre forum. « C’est une méthode d’intervention souvent utilisée dans le travail social. Il permet de s’exprimer avec son corps au travers de la création de scènes mettant en avant des actions du quotidien », souligne la formatrice.

Les intérimaires présents lors de cette formation sont AMP, Aides-soignants ou encore AES et tous ont souligné le fait que leur statut de travailleur intérimaire est un atout. « Je me suis rendu compte en travaillant avec le groupe de cette formation que l’on s’accorde plutôt bien dans ce que l’ont fait. Le fait d’être intérimaire nous convient parfaitement », constate Béatrice, AMP.

« C’est vrai que notre statut nous convient parfaitement. Nous pouvons dire que nous avons uniquement le positif de notre métier ». Rémi, AES.

 

Les intérimaires ont testé le jeu du dominant/dominé avec l’exercice de “la machine”.

Lors de la seconde partie de la formation, les intérimaires ont travaillé des saynètes sur le conflit au travail qu’ils ont ensuite présenté par groupe. L’objectif était de lâcher prise et de créer quelque chose de collectif tout en passant un bon moment. « Cet exercice nous a permis d’extérioriser et de nous rendre compte de la manière dont on peut vivre le conflit sur notre lieu de travail. De voir que nos réactions sont à peu près les mêmes est extrêmement rassurant. Cela prouve que nous ne sommes pas des extraterrestres », se réjouit Malika, AMP.

La responsable du pôle Formation Alexandra Cauquil et Caroline-Marie Cavard.

Pour toutes informations concernant les formations proposées et prises en charge par Coopemploi vous pouvez contacter Mme CAUQUIL Alexandra :

Tél : 05 67 31 21 62 – Mail : alexandra.cauquil@coop-emploi.fr

25/11/2020
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
25/11/2020
Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?
Formation : prise en charge de la douleur
Formation : prise en charge de la douleur
Felix Dang Van Sung, le formateur et les travailleurs intérimaires, lors de la formation "prise en charge de la douleur".
Formation : prise en charge de la douleur
05/11/2020 - Il y a quelques jours, nos intérimaires ont participé à une formation dédiée à la douleur. La formation qui s’est déroulée en deux temps a été animée par Felix Dang Van Sung, infirmier en SSPI et en équipe mobile douleur aiguë ainsi que formateur CLUD sur la prise en charge de la douleur. Le thème abordé était « la prise en charge de la douleur ».

 

Les travailleurs intérimaires qui étaient présents, sont Infirmiers, Aides-soignants ou Aides médico-psychologiques. Lors de leur première journée, ils ont évoqué la douleur sous différents aspects : l’évolution du cadre législatif, la douleur aiguë et chronique, le concept de douleur totale, mais aussi la représentation de la douleur à travers l’histoire.

« Savoir évaluer la douleur est la base du métier de soignant. C’est un repère pour nous et pour les patients. Il nous faut définir les différents outils pour l’évaluer afin de mettre en place des traitements », explique Felix le formateur.

La suite de la formation leur a permis de développer les interventions soignantes face au diagnostic de douleur. Ils ont ainsi travaillé sur la démarche de soin et sur les approches complémentaires telles que les attitudes du soignant, les techniques de communication, la relaxation, l’imagerie mentale, mais aussi le toucher et le toucher massage détente.

« Cette formation nous permet d’acquérir des compétences théoriques et pratiques », explique Dominique, AMP. « À l’école, on pose toujours des tas de questions, mais nous n’avons pas le temps d’avoir des réponses précises. Aujourd’hui, on prend le temps d’échanger avec le formateur et d’autres professionnels de santé. C’est rassurant », ajoute Ghislaine, Aide-soignante.

« On a parlé de la communication positive. On a visionné un film ensemble sur le sujet. On ne se rend pas compte qu’il arrive parfois qu’on utilise des mots qui peuvent générer de la douleur et c’est très intéressant de travailler aussi là-dessus », se réjouit Taissia, Aide-soignante.

Une formation qui a permis à chacun des travailleurs intérimaires présents d’acquérir de nouvelles connaissances, de revoir certains points de leur formation initiale, mais surtout d’échanger sur le sujet avec d’autres professionnels de santé.

 

Pour toutes informations concernant les formations, n’hésitez pas à contacter l’agence : agence@coop-emploi.fr ou la responsable : alexandra.cauquil@coop-emploi.fr

05/11/2020
Formation : prise en charge de la douleur
Formation : prise en charge de la douleur
05/11/2020
Formation : prise en charge de la douleur
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
Même masquée, l'équipe Coopemploi reste à votre disposition.
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
02/11/2020 - Comme vous le savez, la crise sanitaire que nous traversons actuellement nous oblige à respecter des règles de sécurité importantes. Il nous faut être vigilants sur notre lieu de travail et respecter les mesures mises en place au sein des établissements.

 

« Nous accompagnons les intérimaires intervenants dans nos établissements dans la mise en place des mesures à respecter. Nous veillons à ce que tout le monde s’enregistre bien chaque jour afin de savoir qui est présent et sur quel service. De cette façon, si des personnes sont testées positives au Covid-19 nous pourrons identifier les cas contacts sans difficulté »,explique Eva Bonnefont, secrétaire de Direction au sein des EHPAD Notre Dame de la Paix à Lagardelle-sur-Lèze et Notre Dame du Bon Accueil à Castelnau-d’Estretefonds.

Dans d’autres établissements comme la MAS de Gratentour, on ne relâche pas les efforts déjà fournis depuis le début de la crise sanitaire :

« Les travailleurs intérimaires tout comme le personnel permanent sont habitués et ont bien assimilé les mesures à respecter », explique Christine Lac, chef de service de la MAS Françoise de Veyrinas à Gratentour.

« Dans chaque unité, les équipes permanentes accompagnent les intérimaires au quotidien. On leur donne des masques, on leur indique où se trouve les gels hydroalcooliques et on rappelle les mesures à respecter. Le plus difficile est le moment de la pause déjeuner où on oublie parfois de respecter les gestes barrières, mais dans l’ensemble tout se passe très bien », rassure la jeune femme.

Le protocole national, pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19 précise les règles de sécurité à adopter.

Petit rappel :

MESURES D’HYGIÈNE

  • Se laver régulièrement les mains ou utiliser du gel hydro-alcoolique,
  • Se couvrir systématiquement le nez et la bouche en toussant ou éternuant dans son coude,
  • Ne pas se serrer les mains ou s’embrasser pour se saluer, ne pas faire d’accolade.

DISTANCIATION PHYSIQUE/PORT DU MASQUE

  • Respecter une distance physique d’au moins 1 mètre,
  • Systématiser le port du masque dans les lieux clos et partagés,

AUTRES RECOMMANDATIONS

  • Aérer régulièrement les pièces dans lesquelles vous travaillez,
  • Nettoyer régulièrement les objets manipulés et les surfaces y compris les sanitaires.

Chez Coopemploi, toute l’équipe compte sur vous pour respecter ces règles ainsi que les mesures particulières pouvant exister au sein des établissements dans lesquels vous intervenez.

Pour toutes questions n’hésitez pas à nous contacter directement par téléphone au 05 67 31 21 62 ou par mail à agence@coop-emploi.fr.

 

Nous avons les opportunités…

Vous avez les compétences…

N’hésitez plus, contactez-nous ! Tous les chemins mènent à COOPEMPLOI !

02/11/2020
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
02/11/2020
Ne relâchons pas nos efforts, respectons les gestes barrières
Portrait : Najat, infirmière diplômée
Portrait : Najat, infirmière diplômée
Najat, Infirmière, travailleur intérimaire Coopemploi.
Portrait : Najat, infirmière diplômée
20/10/2020 - Najat, infirmière et travailleur intérimaire au sein de Coopemploi, est récemment venue nous rendre visite à l’agence. Nous en avons profité pour en apprendre un peu plus sur elle et lui poser quelques questions.

Depuis combien de temps êtes-vous infirmière ?

J’ai obtenu mon diplôme d’infirmière, il y a maintenant deux ans.

Et depuis combien de temps travaillez-vous avec Coopemploi ?

Je fais partie des travailleurs intérimaires Coopemploi depuis près d’un an.

Comment avez-vous entendu parler de nous ?

J’ai entendu parlé de Coopemploi grâce à mon recrutement au sein du Domaine de la Cadène qui travaille en coopération avec votre agence. Je réalisais un CDD intérimaire auprès de l’établissement et l’agence a toujours été réactive et à l’écoute durant cette période.

De ce fait, lorsque j’ai quitté le Domaine de la Cadène, j’ai souhaité débuter en tant qu’intérimaire dans la ville de Toulouse et c’est tout naturellement que je me suis tournée vers votre agence, car je me sentais déjà en confiance.

Comment se déroulent vos missions, êtes-vous en poste actuellement ?

Tout se passe très bien. Oui, je suis actuellement en poste. J’effectue régulièrement des missions sur des établissements de la Fondation Marie Louise comme la MAS Coquelicot, la MAS Oustalet, la MAS Françoise de Veyrinas ou même la Maison de Vie Alain Mondon à Pechbonnieu.

Quelles sont les particularités de l’Agence selon vous ?

On a été à l’écoute par rapport à mes préférences de services, établissements, la distance depuis mon domicile. On m’a toujours proposé des missions accessibles en transports en commun vu que je n’avais pas de véhicule il y a quelques mois.

Après mes premiers jours dans une structure, l’agence me demande toujours mon ressenti sur la mission, l’équipe et l’accueil.

Je me sens reconnue en tant que soignante, entourée et guidée contrairement à d’autres agences d’intérim.

On sent réellement que c’est une agence à taille humaine. Les chargés de recrutement de l’agence sont les mêmes, ils sont disponibles, ils connaissent nos profils et font alors du cas par cas, c’est plutôt agréable.

On nous propose alors des missions qui nous correspondent plus au fil du temps au niveau des horaires, du secteur.

Avez-vous eu l’occasion de participer à l’une des formations organisée par Coopemploi ?

Oui, j’ai participé à trois formations grâce à l’agence et dernièrement, une sur le thème de la prise en charge de la personne âgée.

Ces formations sont des opportunités rares qu’on nous offre et qui sont prises en charge financièrement.

On sent que Coopemploi est très engagé dans l’évolution de nos pratiques en tant que professionnels de santé et dans le développement de nos compétences pour nos missions actuelles et à venir.

Et ensuite ?

J’aime changer d’environnement. Je ne veux pas me cloisonner dans un seul secteur. Je débute, mais j’aspire déjà à acquérir beaucoup d’expérience.

J’aimerais me rapprocher du monde du handicap et grâce à Coopemploi, c’est ce que je fais. Je développe petit à petit de nouvelles compétences.

 

Si vous aussi vous souhaitez travailler avec nous et faire partie de nos travailleurs intérimaires, n’hésitez pas à nous contacter : Tél 05 67 31 21 62 ou à venir nous voir : 2, Impasse Michel Labrousse à Toulouse.

20/10/2020
Portrait : Najat, infirmière diplômée
Portrait : Najat, infirmière diplômée
20/10/2020
Portrait : Najat, infirmière diplômée
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
Coopemploi s'est rendu au salon du TAF
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
16/10/2020 - De nombreux visiteurs s’étaient déjà déplacés en 2019, en Haute-Garonne, dans le Gers ou même en Ariège pour rencontrer des organismes de formation et d’orientation ou pour postuler directement aux nombreuses offres d’emploi proposées.

Cette année encore Coopemploi était présent : « Nous souhaitions participer au salon, car nous sommes constamment en recherche de nouveaux travailleurs intérimaires. Nos coopérateurs en Ariège sont toujours en recherche de nouveaux profils et nous avons régulièrement des besoins dans le secteur du médico-social, mais aussi de l’éducatif », explique Chaïma, chargée de recrutement.

À Pamiers, certains connaissaient déjà Coopemploi, comme c’est le cas pour Muriel : « J’ai beaucoup entendu parler de votre agence et j’ai souhaité venir directement à votre rencontre. Le fait que vous soyez présent sur le salon est très pratique, nous avons pu échanger, j’ai pu parler de mon expérience en tant que directrice d’établissement et surtout, j’ai pu déposer mon CV », se réjouit la jeune femme.

D’autres, comme Valérie ont été ravis de nous rencontrer : « J’ai mis ma vie professionnelle entre parenthèses pendant quelques années. Aujourd’hui, j’aimerais retrouver un emploi et je pense que mes 11 années d’expérience en MECS en tant que monitrice-éducatrice pourront être un atout », confit Valérie.

Sadika et Jodie deux amies installées à Pamiers ont elles aussi eu l’occasion de découvrir Coopemploi : « Nous ne connaissions pas du tout et c’est super de voir toutes les possibilités que vous offrez », se réjouit Jodie. « Les postes que vous proposez sont variés, Chaïma la chargée de recrutement présente aujourd’hui est à l’écoute et disponible, c’est vraiment encourageant », constate Sadika.

Si vous aussi vous souhaitez venir à notre rencontre, nous parler de votre parcours professionnel, déposer un cv et envisager de travailler avec nous, rendez-vous le 4 novembre à Auch dans le Gers et le 5 novembre à Saint-Gaudens, Haute-Garonne.

16/10/2020
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
16/10/2020
Coopemploi était au Salon Travail-Avenir-Formation, le TAF à Pamiers en Ariège.
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
Dan Bertrand entouré de nos travailleurs intérimaires lors de la formation "Contenir et accompagner la violence verbale et physique".
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
14/10/2020 - Lundi et mardi 5 et 6 octobre, les travailleurs intérimaires Coopemploi ont été conviés à participer à une formation expliquant comment contenir et accompagner la violence verbale et physique. Pour ce faire l’agence a fait appel à Dan Bertrand, instructeur défense-protection et formateur pour les forces de l’ordre (GIGN et RAID).

 

Lorsqu’on travaille dans le domaine du médico-social, il est parfois nécessaire de savoir comment instaurer un climat favorable et sécurisé afin de diminuer l’éventuelle agressivité de certaines personnes ou patients.

C’est ce qu’ont eu l’occasion d’apprendre nos dix travailleurs intérimaires lors de la dernière formation organisée par Coopemploi en coopération avec Santé Format Sud.

Ils sont infirmiers, agents de soins, éducateurs spécialisés, aides-soignants, veilleurs de nuit ou accompagnants éducatifs et sociaux et sont parfois confrontés à des manifestations de violence, des propos et des gestes agressifs ou même violents.

« Il arrive régulièrement que des patients me tiennent par le bras et me mettent dans une situation parfois stressante. Avec la formation que nous venons de suivre, nous avons les clés pour solutionner un conflit, et même éviter une altercation et nous soustraire d’une situation qui peut être dangereuse », explique Emmanuelle, AMP.

« Le but est de montrer des gestes simples qui peuvent être mis en application au quotidien pour éviter toute violence », explique Dan Bertrand, formateur, mais également expert en self-défense, négociation et gestion de conflits.

Lors de ces deux journées de formation, les travailleurs intérimaires ont eu droit à un programme riche en apprentissage : comment utiliser les outils de communication face à une agressivité, quels sont les moyens stratégiques de gestion de l’agressivité, décrypter le langage postural et sensoriel d’un individu menaçant et enfin, comment faire face à l’agression physique.

Après la théorie, place à la pratique !

Après la théorie, place à la pratique !

« Nous avons fait plusieurs mises en situations, on a appris comment éviter la provocation et comment nous défendre sans blesser la personne en face de nous, car elle pourrait être fragile. Grâce à ces techniques, je me sentirai moins stressée, moins vulnérable au travail, mais aussi dans ma vie », confie Laurine, infirmière.

Une formation nécessaire qui a permis à tous les professionnels de santé présents lors de ces deux jours de formation d’apprendre des postures et des gestes simples, à effectuer au quotidien afin d’exercer son métier avec le plus de sérénité possible.

Pour plus d’informations concernant les formations à venir, n’hésitez pas à contacter la responsable par mail : alexandra.cauquil@copp-emploi.fr ou par téléphone : 05 67 31 21 62.

 

14/10/2020
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
14/10/2020
Coopemploi : une formation musclée pour nos intérimaires
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
Cheïma, chargée d'accueil, lors de l'inscription d'une nouvelle intérimaire au sein de l'agence.
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
05/10/2020 - Vous avez entendu parler de Coopemploi, mais vous ne savez pas comment se déroule l’inscription ? Ça tombe bien, Yamina est une toute nouvelle intérimaire et elle vous explique tout !

 

Comment avez-vous connu la coopérative ?

J’ai découvert Coopemploi en faisant des recherches sur internet.

Quelle est votre formation et dans quel domaine recherchez-vous un poste ?

Je suis titulaire d’un BPJEPS animation sociale et médiation interculturelle et d’une VAE moniteur-éducateur.

Aujourd’hui, je souhaite évoluer dans le domaine du médico-social et pour se faire, je fais appel à Coopemploi.

Comment s’est déroulée votre inscription ?

J’ai d’abord contacté l’agence par téléphone. Cheïma, la personne chargée de l’accueil, m’a expliqué la procédure d’inscription et m’a dit que j’avais la possibilité de m’inscrire et de télécharger les documents obligatoires directement via la plateforme Coopemploi ou de venir à l’agence afin qu’on le fasse ensemble.

J’ai préféré me déplacer et aller à sa rencontre. L’accueil s’est vraiment bien passé. J’ai apprécié sa réactivité et le fait qu’elle prenne le temps de me parler de la coopérative. Elle m’a également présentée aux deux personnes chargées du pôle éducatif, car c’est avec elles que je serai amenée à échanger la plupart du temps.

Et ensuite ?

J’ai ensuite téléchargé l’application Hublo qui va me permettre de renseigner mes disponibilités et de recevoir les offres de missions directement par email ou sms.

Votre première impression concernant Coopemploi ?

Une agence chaleureuse, des professionnels humains qui prennent vraiment le temps de nous demander qui nous sommes et ce que nous souhaitons faire. Le réactivité est également un point que j’ai particulièrement apprécié.

Si vous aussi vous souhaitez nous rejoindre n’hésitez pas à nous contacter ou à venir nous voir : 2, Impasse Michel Labrousse, 31100 Toulouse – Tél : 05.67.31.21.62

05/10/2020
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
05/10/2020
Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ? On vous explique tout !
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
Catherine Monplaisi-Terret, formatrice, entourée des intérimaires lors de la formation "Prise en charge de la personne âgée".
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
02/10/2020 - Coopemploi en collaboration avec l’ASFO Grand Sud a proposé aux travailleurs intérimaires inscrits sa nouvelle formation collective. Le thème : Prise en charge de la personne âgée.

 

« Nous avons souhaité apporter une vision globale concernant la prise en charge de la personne vieillissante ou âgée aux travailleurs intérimaires. Peu importe leur âge ou leur poste nous espérons pouvoir développer leurs compétences dans des domaines spécifiques à cet accompagnement », explique Catherine Monplaisi-Terret, Cadre de santé de formation infirmière et formatrice.

Tous les soignants intervenant auprès des personnes âgées sont concernés par cette formation et pouvaient donc y assister.

La formation se déroule sur 3 jours distincts avec un groupe par jour :

  • Comprendre la notion de vieillissement,
  • Acquérir des compétences dans les domaines particuliers de la prise en charge de la personne âgée que sont l’alimentation, la prévention de la dénutrition et des chutes,
  • Être en capacité de réaliser une animation adaptée aux capacités, aux besoins et aux envies des personnes âgées et personnes handicapées vieillissantes.

Un tronc commun est proposé à chacun des groupes : « Nous avons évoqué le vieillissement normal, pathologique, le vieillissement d’une personne en situation de handicap mental, mais aussi la fragilité et les personnes en fin de vie », évoque Clarisse Laffon, faisant fonction aide-soignante.

« Je suis agent de services hospitaliers, mais aussi ASI et parfois commis de cuisine. Je trouve que ce type de formation est une très belle initiative. Dans mes fonctions, je suis souvent livrée à moi-même et ça me rassure de savoir comment prévenir des chutes éventuelles et maîtriser les gestes à adopter avec des personnes âgées », ajoute Isabelle, travailleur intérimaire Coopemploi.

Cette formation proposée par Alexandra Cauquil, responsable Formation au sein de Coompemploi répond aussi bien aux besoins des travailleurs intérimaires que des établissements : « Nous essayons d’être à l’écoute de nos coopérateurs et des établissements dans lesquels les intérimaires interviennent. Le domaine de la personne âgée est parfois méconnu et des points sont à travailler. Le plus judicieux à nos yeux est de proposer des formations pratiques, apportant des connaissances que les professionnels peuvent réinvestir immédiatement et efficacement au sein de leurs fonctions », souligne la responsable.

À l’issue de cette première journée, les intérimaires sont ravis : « Aujourd’hui, j’ai acquis de nouvelles connaissances que dès demain, je pourrai mettre en pratique », se félicite Najat, infirmière.

La prochaine formation se déroulera lundi 5 octobre sur le thème suivant : Contenir et accompagner la violence verbale et physique. Elle sera animée par Dan Bertrand, Instructeur Défense-Protection, formateur pour les forces de l’ordre et expert en self défense, négociation et gestion des conflits.

Vous êtes un travailleur intérimaire inscrit chez Coopemploi et vous souhaitez vous aussi assister à une formation ? N’hésitez pas à contacter l’agence pour plus d’informations.

02/10/2020
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
02/10/2020
Nouvelle formation collective Coopemploi : Prise en charge de la personne âgée
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
Nos chargées de recrutement Chaïma Echaoui et Sema Bolat accueillies par M. Chanut, directeur adjoint et les chefs de service M. Lobe et M. Rivière de la MECS le Chêne Vert.
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
08/09/2020 - Nos chargées de recrutement du pôle éducatif ont rencontré l’équipe de la Maison d’Enfants à Caractère Social le Chêne Vert.

M. Chanut, directeur adjoint ainsi que les chefs de service M. Lobe et M. Rivière ont donc accueilli Chaïma Echaoui et Sema Bolat au sein de leur structure à Toulouse. Une rencontre particulièrement appréciée des équipes :

« Ils font partie de l’Association ANRAS qui est l’un de nos coopérateurs depuis les premiers jours de Coopemploi. Nous échangeons régulièrement avec eux, mais c’est important pour nous de les rencontrer régulièrement afin de pouvoir échanger en direct sur leurs besoins et sur notre façon de travailler ensemble », explique Chaïma.

L’équipe du Chêne Vert et nos deux chargées de recrutement du Pôle éducatif, ont principalement échangé au sujet des travailleurs intérimaires actuellement positionnés, des besoins à venir ainsi que de leur collaboration.

« Nous sommes très heureux de les recevoir aujourd’hui », se réjouit M. Chanut. « Ce que nous souhaitons avant tout concernant notre personnel, c’est rencontrer la différence. Nous apprécions le fait que Coopemploi nous propose des remplaçants capables de représenter notre établissement. Il peut arriver que certains profils ne correspondent pas à notre façon de travailler ou à l’inverse que nous ne convenions pas à un intérimaire, mais le plus important, c’est que la communication fonctionne », ajoute le directeur adjoint.

La Maison d’Enfants à Caractère Social le Chêne Vert accueille des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, à la suite de l’intervention de l’Aide Sociale à l’Enfance ou du Juge des enfants. Ces enfants et ces jeunes adultes, qui traversent des difficultés sociales et familiales, ont besoin d’encouragement et d’un cadre éducatif et psychologique qui les aidera dans leur épanouissement personnel et leur insertion professionnelle. Coopemploi recrute principalement des éducateurs spécialisés, des surveillants de nuit, des éducateurs et des moniteurs-éducateurs pour travailler au sein de la MECS.

« Nous avons besoin de confier ces missions à des personnes de confiance. C’est important pour nous de savoir que les enfants se sentiront bien avec les personnes qui les encadrent », confie Sema. « Nous sommes aussi toujours très fières lorsqu’un intérimaire positionné comme veilleur de nuit devient ensuite moniteur-éducateur pour l’établissement. Cela veut dire que la collaboration s’est bien passée et que la personne a trouvé un poste qui lui convient », se réjouit la jeune femme.

Coopemploi se veut être un tremplin pour ses travailleurs intérimaires. La coopérative n’a pas pour objectif d’encourager la précarité et c’est pourquoi plusieurs d’entres eux se sont vu proposer des postes en CDI après plusieurs missions au Chêne Vert.

 

08/09/2020
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
08/09/2020
Coopemploi rencontre la MECS Le Chêne Vert.
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
Florence Puech, la directrice des établissements entourée d’Alexandra Cauquil et Marc Camillerie au coeur de l’établissement Notre Dame du Bon Accueil à Castelnau-d’Estrétefonds
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
28/07/2020 - C’est avec un immense plaisir que nous souhaitons la bienvenue à l’Association Mariale d’Entraide et ses deux établissements de la région Midi-Pyrénées, Notre Dame du Bon Accueil à Castelnau-d’Estrétefonds et Notre Dame de la Paix à Lagardelle-sur Lèze.

Florence Puech, la directrice des deux établissements, a rencontré vendredi 24 juillet, Marc Camillerie, responsable d’agence et Alexandra Cauquil, responsable du Pôle Social et du service Formation. Ils ont pu échanger sur leur toute nouvelle coopération, Florence Puech s’est exprimée sur les besoins des deux établissements et Marc Camillerie et Alexandra Cauquil ont expliqué le fonctionnement de la coopérative. « Le terme coopérateur est un terme fort. Nous ne sommes pas en concurrence, nous sommes collègues, nous travaillons ensemble », souligne le responsable d’agence. Une nuance qui a toute son importance puisque c’est ce qui fait la force et l’originalité de Coopemploi.

Cette rencontre a permis aux nouveaux coopérateurs d’établir un premier contact. Début septembre, l’équipe de Coopemploi reviendra afin de présenter les outils mis en place par la coopérative : « Nous nous reverrons dès la rentrée afin que nous puissions présenter et exposer le fonctionnement de la plateforme au personnel des ressources humaines ainsi qu’aux travailleurs remplaçants », explique Marc Camillerie. « Nous leur expliquerons leur changement de statut et le nouveau fonctionnement de l’établissement ».

L’Ehpad Notre Dame du Bon Accueil à Castelnau-d’Estrétefonds, prend en charge 70 résidents depuis juillet 2011. L’établissement comprend une « unité sécurisée » spécialement conçue pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. À l’origine, la structure a été fondée par Mère Marie de la Croix, fondatrice de la Congrégation des Petites Sœur Marie, Mère du Rédempteur. Des messes sont régulièrement célébrées dans la chapelle de l’établissement.

28/07/2020
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
28/07/2020
L’association Mariale d’Entraide rejoint les coopérateurs de Coopemploi.
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
Sophie Cazard directrice de l'IRFSS Occitanie et Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi lors de la signature de la convention
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
17/07/2020 - Nous avons le plaisir de vous annoncer que Coopemploi et L’IRFSS, le Centre régional de formation sanitaire et social de la Croix-Rouge Occitanie ont signé jeudi 16 juillet une convention de collaboration et sont désormais partenaires.

Sophie Cazard, directrice de l’IRFSS Occitanie et Ali Mokadem, directeur général de Coopemploi,souhaitent s’unir afin d’offrir un meilleur accompagnement et accès aux formations aux intérimaires. « Nous souhaitons développer un partenariat fort autour de la formation », souligne Ali Mokadem. Ce partenariat nous permettra de proposer des formations en lien avec les besoins des établissements adhérents à la coopérative, mais aussi avec ceux des travailleurs intérimaires qui pourront développer leurs compétences », ajoute le directeur général.

La convention qui a été signée met en avant quatre axes majeurs :

 

  • Accès à la qualification et promotion des métiers du secteur sanitaire et social,
  • Ingénierie de formation,
  • Accompagnement à la VAE,
  • Accès privilégié à l’emploi.

Le développement de ces points essentiels permettra aux travailleurs intérimaires d’avoir un accès privilégié aux formations qualifiantes du secteur sanitaire et social. Ceux qui le souhaitent pourront également bénéficier d’un accompagnement à la VAE, validation des acquis de l’expérience et seront ainsi aidés tout au long de leur démarche.

L’accès privilégié à l’emploi est également un point particulièrement important : « Notre partenariat permettra à Coopemploi de s’entourer de nouveaux talents et d’enrichir de ce fait, sa cvthèque de candidats. Il pourra également être un véritable tremplin professionnel pour les étudiants formés par la Croix-Rouge puisque les élèves en cours de formation ou déjà diplômés, pourront venir travailler au sein de l’un de nos 100 établissements de la région Occitanie », explique Ali Mokadem.

Un partenariat dont se félicite également Sophie Cazard qui souhaite avant tout pouvoir accompagner des personnes parfois fragiles à retrouver un emploi. « Travailler ensemble, avec Coopemploi nous permettra de mieux comprendre les besoins des professionnels, mais aussi du secteur en général. Nous nous souhaitons un beau partenariat », confie la directrice de l’IRFSS Occitanie.

17/07/2020
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
17/07/2020
COOPEMPLOI et l’IRFSS Occitanie signent une convention de collaboration
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
Comment réussir sa mission d'intérim : les clés de la réussite.
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
26/06/2020 - Chez COOPEMPLOI, nous souhaitons vous aider à mettre toutes les chances de votre côté afin que vous puissiez réussir chacune de vos missions. Pas de panique, pour y arriver il n'y a rien de plus simple. Seulement quelques règles à respecter.

Chez COOPEMPLOI, nous souhaitons vous aider à mettre toutes les chances de votre côté afin que vous puissiez réussir chacune de vos missions. Pas de panique, pour y arriver il n’y a rien de plus simple. Seulement quelques règles à respecter.

1 « Ceux qui arrivent en retard sont de bien meilleure humeur que ceux qui les attendent ».

La ponctualité est une qualité essentielle à avoir pour réussir sa mission en toute sérénité. Voilà pourquoi pour être un intérimaire idéal, il faut toujours penser à prévenir l’établissement ainsi que l’agence en cas de retard ou d’empêchement.

2 Porter une tenue vestimentaire adaptée.

Il est indispensable de porter une tenue adaptée à ses fonctions. L’établissement ou l’agence vous préviendra si vous avez besoin d’une blouse ou d’une tenue de travail particulière. Il est nécéssaire de respecter cette demande. 

3 Comprendre et respecter les règles de vie en communauté.

L’esprit d’équipe est important tout au long de vos missions. Il est bien de s’imprégner de l’ambiance de l’établissement dans lequel vous travaillez. Il est aussi très important de communiquer avec les autres membres de l’équipe.

4 Honorer son contrat.

Que ce soit Coopemploi, l’établissement dans lequel vous travaillez ou le public auprès de qui vous intervenez, nous avons tous besoin de vous. Un intérimaire qui respecte les engagements mentionnés dans son contrat a toutes les cartes en main pour réussir sa mission.

5 « Puisqu’on ne peut pas changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles ».

Il est important de savoir s’adapter aux autres et aux lieux dans lesquels on travaille. Chaque structure, chaque public sont différents et il est essentiel de savoir adapter son comportement selon l’environnement dans lequel on exerce sa profession. 

6 « L’esprit c’est comme un parachute, il n’est utile que s’il est ouvert ».

La qualité essentielle pour réussir ce que l’on entreprend, c’est l’ouverture d’esprit. Faire preuve d’ouverture d’esprit c’est s’assurer de réussir sa mission, mais également de développer sa créativité et sa curiosité.

7 « La connaissance éveille vos capacités, l’expérience enrichit vos compétences ».

Dans le monde du médico-social chaque compétence compte. Votre polyvalence et la richesse de votre savoir sont des atouts très appréciés donc n’hésitez surtout pas à les mettre en avant.

8 « Pour être grand, il faut d’abord apprendre à être petit. L’humilité est la base de toute véritable grandeur ».

En tant que professionnel du médico-social vous devez vous occuper de personnes âgées, de personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap, d’enfants ou adolescents en difficultés. N’oubliez pas de toujours faire preuve de bienveillance et d’humilité envers eux ainsi qu’envers votre équipe.

26/06/2020
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
26/06/2020
8 points pour que votre mission d’intérim soit un succès.
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
Les conseils Coopemploi pour être efficace en télétravail
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
09/06/2020 - La crise sanitaire que nous traversons encore aujourd’hui est inédite et sans précédent. Les Français ont dû s’adapter et certaines personnes ont dû travailler à domicile pour la première fois. Si nos intérimaires sont restés très actifs sur le terrain, notre équipe Coopemploi s’est essayée au télétravail.

La crise sanitaire que nous traversons encore aujourd’hui est inédite et sans précédent. Les Français ont dû s’adapter et certaines personnes ont dû travailler à domicile pour la première fois. Si nos intérimaires sont restés très actifs sur le terrain, notre équipe Coopemploi s’est essayé au télétravail. Cette nouveauté mise en place du jour au lendemain suite à la décision du gouvernement a été très bien vécue par l’équipe. La communication au sein du groupe a joué un rôle majeur et chacun a su s’adapter de manière rapide et efficace.

Voici nos conseils en 7 points pour que travailler à distance soit un succès !

-Savoir Communiquer

Afin de continuer à travailler et garder une cohésion d’équipe, il est important de savoir communiquer malgré la distance. Aujourd’hui, plusieurs outils simples et gratuits sont disponibles pour y parvenir. Il s’agit de plateformes collaboratives pour le travail d’équipe comme Teams, Slack, Trello ou encore G Suite.

– Être techniquement préparé

La base d’une activité professionnelle est bien évidemment le matériel. À distance il faut impérativement être équipé d’un ordinateur ou PC portable doté d’une caméra et d’un micro afin de pouvoir communiquer en visio avec ses collègues et responsables si besoin. Le téléphone sera également votre meilleur ami et vous permettra de rester en contact avec votre équipe. Si vous avez besoin de partager vos fichiers, vous pourrez utiliser Google Drive. Besoin de mettre en place une réunion ? Avec l’application Zoom, il n’y a rien de plus simple. Bien s’équiper est sans aucun doute, primordial pour la productivité

– Ne pas oublier de s’habiller

A part dans vos pires cauchemars il est inconcevable de venir travailler en pyjama et c’est également le cas en télétravail. S’imposer un rythme et s’obliger à revêtir une tenue vous permettra d’être dans de bonnes conditions de travail et de bien différencier votre temps personnel de votre temps professionnel. N’oubliez pas de prendre le temps pour un petit-déjeuner, faites exactement comme si vous alliez au bureau. Un détail qui a pourtant son importance

– Mettre en place un bon environnement de travail

Au début, vous serez forcément tenté de travailler de votre canapé ou même de votre lit… Ne faites pas cette erreur ! Se créer un espace de bureau propre et organisé vous aidera à être davantage productif. Avoir vos documents et outils de travail à portée de main est important si vous espérez rester concentré plusieurs heures.

– Une organisation en béton

Mettez en place un petit planning permettant en un coup d’œil de visualiser vos objectifs de la journée. Imposez-vous des horaires fixes. Se mettre au travail après une grasse matinée est plus que tentant, mais travailler jusqu’à minuit un peu moins. Etre en télétravail peut parfois donner l’impression que la journée est sans fin. Lorsqu’on est distrait 10 minutes on relativise et on se dit qu’on pourra compenser plus tard. La meilleure chose à faire est pourtant de se comporter comme au bureau. Planifiez votre journée, élaborez une to-do-list et éviter d’étaler votre journée de travail sur 12 heures.

– Savoir se distraire et faire des pauses

Identifier une distraction qui vous détend, regarder un épisode de votre série favorite ou faire une partie de jeux vidéo par exemple et prévoyez de faire ça pendant votre pause déjeuner. De cette façon, vous ne culpabiliserez pas de vous accorder un peu de bon temps.

– Adaptez-vous à ce nouveau mode de travail

Enfin, dernier conseil, même si cette nouveauté n’a pas forcément été un choix de votre part, sachez que travailler à distance a du bon. Terminé les petits-déjeuners pris à la va-vite, la peur d’être en retard et l’angoisse des transports en communs. À la maison on est plus détendu, si vous souhaitez décaler l’heure de votre déjeuner, vous le pouvez. Ce confort demande seulement un peu d’organisation afin de ne pas se sentir coupable et de profiter pleinement de la liberté qu’offre le télétravail.

09/06/2020
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
09/06/2020
Télétravail : Nos conseils pour être efficace
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
Benoît Reau, l'un des directeurs du centre accompagné d'Audrey, propriétaire du domaine et de Sarah, infirmière
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
20/05/2020 - Après des débuts complexes dus à l’urgence de la mise en place du site, le centre a désormais trouvé son rythme.

Un bilan positif

« Aujourd’hui environ cinquante enfants sont toujours sur le site, nous continuerons d’en accueillir jusqu’au 31 mai et le centre sera ouvert jusqu’à mi-juillet. Les professionnels avec lesquels nous travaillons sont compétents, nous avons réussi à créer une dynamique positive au sein du centre », explique Benoît Reau, l’un des directeurs du centre d’accueil. « Ici, nous proposons du relais lié à la pandémie, mais pas que. Il y a des enfants dont les parents ont été touchés par le covid-19, mais également des jeunes qui n’ont pas pu rester au sein de leurs familles d’accueils. Ces différents profils n’ont pas toujours été faciles à gérer, mais on observe, on agit et on apprend », ajoute cet ancien directeur d’établissement désormais officiellement retraité.

Certains professionnels ont dû composer avec cette situation inédite, parfois nouvelle pour eux, comme c’est le cas pour Sarah, infirmière : « Dès l’instant où j’ai entendu parler de l’ouverture du centre d’accueil d’urgence solidaire, j’ai souhaité faire partie du projet. Mes missions professionnelles ici sont différentes de celles du métier de base. À l’ouverture, concernant l’aspect médical, tout était à faire. Certains jeunes nécessitent énormément de soin, beaucoup d’attention. Nous avons eu des cas de décompensation et ça n’a pas toujours été facile à gérer. Pour ma part, cette expérience est extrêmement formatrice. Je prépare actuellement le concours de puéricultrice et les différentes responsabilités qui me sont confiées ici me seront précieuses pour la suite », confie la jeune femme.

Des cours sont également proposés aux enfants et adolescent. C’est Marine, monitrice adjointe, qui vient en renfort en donnant des cours de français langue étrangère : « Je suis étudiante en « 3ème année de licence PPE en vue d’être professeur des écoles ensuite. Ce poste au sein du centre est très important pour moi. Je donne des cours à des enfants âgés de 5 à 10 ans ainsi qu’à des collégiens et tous ont des niveaux scolaires totalement différents. Ici, tout change quotidiennement. Il faut savoir s’adapter rapidement pour le bien-être des enfants. C’est formateur, mais aussi gratifiant lorsqu’on voit qu’ils adorent les activités proposées et qu’ils demandent à venir plus souvent.

Tout n’a pas toujours été simple lors de la mise en place du centre, mais professionnels et enfants se sont accrochés pour permettre à chacun de s’épanouir du mieux possible. « Initialement nous pensions accueillir principalement des enfants qui rencontrent des difficultés dues au Covid-19. Finalement, il s’est avéré qu’une grande partie d’entre eux nécessitent des soins thérapeutiques, éducatifs, mais aussi pédagogiques. Nous nous sommes organisés et je pense que nous avons réalisé un excellent travail d’équipe », se félicite Akila, éducatrice spécialisée.

20/05/2020
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
20/05/2020
Le centre d’accueil d’urgence solidaire, bilan après deux mois d’ouverture
Les coopérateurs de Coopemploi
Les coopérateurs de Coopemploi
Les coopérateurs de Coopemploi
Les coopérateurs de Coopemploi
02/05/2020 -

Vous connaissez nos différents types d’établissements ?

Parmi l’ensemble des coopérateurs Coopemploi, nous comptons des :

MAS
– Maisons d’Accueil Spécialisé

FAM
– Foyer d’Accueil Médicalisé

EHPAD
– Etablissement d’Hébergement pour personnes Agées dépendantes

MECS
– Maison d’Enfants à Caractères Social

ITEP
– Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique

ESAT
Etablissement et Service d’Aide par le travail

SSIAD
– Service de Soins Infirmier A Domicile

Foyer d’hébergement
– Lieu de vie des personnes travaillant souvent en ESAT

02/05/2020
Les coopérateurs de Coopemploi
Les coopérateurs de Coopemploi
02/05/2020
Les coopérateurs de Coopemploi
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
Coopemploi participe à des forums de l'emploi pour étoffer son vivier d'intérimaires (ici à Rieumes en mars 2020). © DR
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
22/04/2020 - A Toulouse, Coopemploi gère un vivier de 800 intérimaires pour répondre aux besoins de remplacement de 110 établissements sociaux et médico-sociaux en Occitanie.

Une gestion chronophage

A l’origine, un constat : la gestion des remplacements dans les établissements sociaux et médico-sociaux est très chronophage et implique un enjeu de fidélisation des travailleurs intérimaires, amenés à accompagner des publics vulnérables.

Fin 2016, sous la houlette de l’association Les jeunes handicapés (AJH), sept organisations du secteur rayonnant en Midi-Pyrénées décident de créer une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) destinée à l’emploi intérimaire spécialisé.

Montée en puissance

Ali Mokadem, directeur général COOPEMPLOI

“Après son lancement en mars 2017, Coopemploi a pris très vite de l’ampleur et a été progressivement rejointe par 28 associations œuvrant dans le champ de l’enfance, du public adulte en situation de handicap et des Ehpad”, se félicite son directeur général, Ali Mokadem.

Basée à Toulouse avec 14 salariés, Coopemploi accompagne ses adhérents dans leur recherche des fonctions les plus sollicitées pour les remplacements : accompagnant éducatif et social (AES), éducateur spécialisé, aide-soignant, infirmier, veilleur de nuit.

Réagir en urgence

L’un des atouts de la coopérative particulièrement apprécié par les employeurs est sa réactivité pour trouver un remplaçant dans l’urgence“Nous pouvons solliciter un veilleur de nuit pour qu’il soit disponible à 21 h si nous sommes contactés avant 19 h”, assure Ali Mokadem.

Durant la crise sanitaire liée au covid 19, le département de la Haute-Garonne s’est ainsi tourné vers Coopemploi pour constituer l’équipe nécessaire à l’ouverture très rapide d’un centre accueillant des mineurs accompagnés en protection de l’enfance.

Fidéliser les intérimaires

Pour les remplacements programmés, les employeurs apprécient également de pouvoir s’appuyer sur des professionnels fidélisés.

“Tout le monde y gagne : les intérimaires qui peuvent travailler régulièrement pour les mêmes associations situées sur un même bassin de vie, et les employeurs qui peuvent compter sur des professionnels aguerris aux publics et aux pratiques de leur établissement, poursuit le directeur général.

Des parcours de formation

Les intérimaires doivent répondre aux critères des diplômes exigés mais des étudiants et des professionnels moins qualifiés peuvent aussi postuler. Les missions proposées leur permettront d’expérimenter différentes fonctions dans plusieurs secteurs et d’affiner leur orientation professionnelle.

“Nous faisons également d’importants efforts pour mettre en place des parcours de formation pour nos intérimaires, souligne Ali Mokadem. Et “la coopérative est aussi la première ressource pour les recrutements en CDI chez les employeurs”.

Un modèle non lucratif

Si Coopemploi est présente sur les sites de recrutement et les forums de l’emploi pour alimenter constamment son vivier d’intérimaires, elle fonctionne aussi, côté employeurs, par le bouche-à-oreille.

Ali Mokadem insiste enfin sur le caractère non lucratif de la SCIC : “Son but est la coopération et non le versement de dividendes à des actionnaires. Cela change tout car nous essayons de donner du sens à la relation intérimaire, avec des actions comme fidéliser et former les salariés pour réduire le caractère précaire de la mission d’intérim”.

 

22/04/2020
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
22/04/2020
Occitanie : une coopérative pour l’emploi intérimaire dans le social
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants
Une partie de l’équipe du centre d’accueil d’urgence solidaire enfants Mondonville
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants
03/04/2020 - Un centre d’accueil d’urgence solidaire a ouvert ses portes lundi 30 mars à Mondonville. A la demande du Conseil départemental de la Haute-Garonne et en partenariat avec plusieurs institutions dont la Ligue 31 et l’ANRAS, la création du centre est directement en lien avec la situation sanitaire actuelle. Il s’agit de proposer un accueil d’urgence à des enfants et des jeunes âgés de 3 à 18 ans qui pourraient se trouver dans l’une des situations suivantes - Mineurs devant être placés en urgence pour situation de maltraitance ou de danger se révélant suite au confinement, - Mineurs devant être temporairement placés suite à l’hospitalisation d’un ou des parents (COVID-19 ou autres), - En accueil relais des assistants familiaux pour lequel le confinement met en suspens le placement.

Un site et une organisation adaptés

C’est à 11 km de Blagnac qu’est situé le Domaine de l’Ariane. Un lieu qui s’étend sur 27 hectares mis à disposition par la Ligue 31. Actuellement, se sont près de 200 couchages, répartis en chambres de 5 lits qui sont prêts à accueillir les enfants. Ils seront répartis en groupes d’âges 3-6 ans, 7-12 ans et 13-18 ans. Chaque groupe de vie sera composé de 6 professionnels, travailleurs sociaux et animateurs, de 2 surveillants de nuit et d’une maîtresse de maison. Une prise en charge psychologique ainsi qu’un accompagnement scolaire seront proposés. Sur place, de nombreux terrains de sport, un gymnase et un parcours de santé en sous-bois permettront également aux arrivants de participer à des activités sportives.

Des partenaires aux valeurs communes

Dans cette situation d’urgence singulière et inédite, il est primordial de mobiliser du personnel très rapidement. C’est là que Coopemploi intervient. Nous souhaitons nous aussi intervenir dans la mise en place du centre d’accueil d’urgence solidaire 31. Pour ce faire, nous aidons les équipes à recruter du personnel en urgence. Nous gérons pour eux ce personnel temporaire afin qu’ils puissent se consacrer à d’autres tâches. En cette période délicate, la coopération et la solidarité sont essentielles afin de préserver aux mieux ces mineurs en difficulté. Le centre d’accueil d’urgence solidaire 31 assure un accueil 24h/24, 7 jours sur 7 afin de proposer aux enfants et aux jeunes accueillis un lieu approprié et sécurisé.

Accueil et admission

Mme Desfours, directrice du pôle Enfance Famille au Conseil départemental, et Mme Ceres, directrice adjointe à l’Aide Sociale à l’enfance au CD 31 également, toutes deux coordinatrices du dispositif, sont en charge des décisions d’admissions des mineurs au sein du centre d’accueil. Les demandes sont faites auprès d’elles et les décisions sont ensuite communiquées aux demandeurs. Lors des arrivées sur le site, les enfants et les jeunes sont accompagnés par le référent ASE, un membre du personnel de la DTS ainsi que par l’assistante familiale. Il s’agit de mettre tout en œuvre afin d’offrir aux mineurs qui en ont besoin un accueil d’urgence adapté. En cette période difficile pour tous, il est extrêmement gratifiant de voir que différentes institutions ont décidé d’unir leurs forces et leurs compétences afin d’aider les enfants à sortir d’une situation délicate.

Informations et contacts

Véronique Desfours : veronique.desfours@cd31.fr

Rosine CERES : rosine.ceres@cd31.fr

03/04/2020
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants
03/04/2020
Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants