Le centre d’accueil d’urgence solidaire : un bilan positif après deux mois d’ouverture

membres du centre d'accueil d'urgence solidaire pour faire face au covid-19
Membres du centre d'accueil d'urgence solidaire pour faire face au Covid-19

Nous vous faisions part dans un précédent article de la création d’un centre d’accueil d’urgence solidaireLes deux premiers mois d’activité du centre ont été marqués par une dévotion sans faille envers le bien-être des enfants et des adolescents accueillis. Benoît Reau, l’un des directeurs, met en lumière le travail acharné des professionnels et l’adaptabilité face aux divers défis.

Un bilan encourageant et des perspectives prometteuses

« Aujourd’hui, environ cinquante enfants sont toujours sur le site, nous continuerons d’en accueillir jusqu’au 31 mai et le centre sera ouvert jusqu’à mi-juillet. Les professionnels avec lesquels nous travaillons sont compétents, nous avons réussi à créer une dynamique positive au sein du centre », explique Benoît Reau.

Des réponses adaptés aux profils diversifiés

« Ici, nous proposons du relais lié à la pandémie, mais pas seulement. Il y a des enfants dont les parents ont été touchés par le Covid-19, mais également des jeunes qui n’ont pas pu rester au sein de leurs familles d’accueils. Ces différents profils n’ont pas toujours été faciles à gérer, mais on observe, on agit et on apprend », ajoute cet ancien directeur d’établissement désormais officiellement retraité. Les professionnels impliqués dans cette initiative témoignent également de l’efficacité du centre, soulignant la création d’une dynamique positive.

Le témoignage d'une infirmière engagée

En effet certains professionnels ont dû composer avec cette situation inédite, comme c’est le cas pour Sarah, infirmière. « Dès l’instant où j’ai entendu parler de l’ouverture du centre d’accueil d’urgence solidaire, j’ai souhaité faire partie du projet. Mes missions professionnelles ici sont différentes de celles du métier de base. À l’ouverture, concernant l’aspect médical, tout était à faire. Certains jeunes nécessitent énormément de soin, beaucoup d’attention. Nous avons eu des cas de décompensation et ça n’a pas toujours été facile à gérer. Pour ma part, cette expérience est extrêmement formatrice. Je prépare actuellement le concours de puéricultrice et les différentes responsabilités qui me sont confiées ici me seront précieuses pour la suite », confie la jeune femme.

Le centre d'accueil d'urgence solidaire : Un modèle d'adaptabilité

Le centre d’accueil d’urgence solidaire propose aussi des cours aux enfants et adolescents. C’est Marine, monitrice adjointe, qui vient en renfort en donnant des cours de français langue étrangère. « Je suis étudiante en 3e année de licence PPE en vue d’être professeur des écoles ensuite. Ce poste au sein du centre est très important pour moi. Je donne des cours à des enfants âgés de 5 à 10 ans ainsi qu’à des collégiens et tous ont des niveaux scolaires totalement différents. Ici, tout change quotidiennement. Il faut savoir s’adapter rapidement pour le bien-être des enfants. C’est formateur, mais aussi gratifiant lorsqu’on voit qu’ils adorent les activités proposées et qu’ils demandent à venir plus souvent. »

Tout n’a pas toujours été simple lors de la mise en place du centre, mais professionnels et enfants se sont accrochés pour permettre à chacun de s’épanouir du mieux possible. « Initialement, nous pensions accueillir principalement des enfants qui rencontrent des difficultés dues au Covid-19. Finalement, il s’est avéré qu’une grande partie d’entre eux nécessitent des soins thérapeutiques, éducatifs, mais aussi pédagogiques. Nous nous sommes organisés et je pense que nous avons réalisé un excellent travail d’équipe », se félicite Akila, éducatrice spécialisée.

Ce bilan du centre d’accueil d’urgence solidaire après deux mois d’opération illustre un engagement fort envers le bien-être des enfants et offre des perspectives positives pour l’avenir du centre.

Retrouvez plus d’informations concernant le centre en consultant la brochure d’accueil.

Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ?

Articles supplémentaires

Nouvelle formation pour nos intérimaires : « Prise en charge de la douleur »

Il y a quelques jours, nos intérimaires ont participé à une formation animée par Felix Dang Van Sung, infirmier en SSPI et en équipe mobile douleur aiguë ainsi que formateur CLUD sur la prise en charge de la douleur. Le thème abordé était "Prise en charge de la douleur".

Témoignage d’une agent de soins tunisienne : Une expérience enrichissante

Amel, agent de soins tunisienne, partage son expérience en France. Découvrez comment cette initiative innovante aide à combler la pénurie de personnel médico-social en Occitanie.

Tout savoir sur le métier d’infirmier en intérim : entretien avec Mélanie Pech

Découvrez le quotidien d'un infirmier intérimaire et les avantages de travailler avec Coopemploi grâce au témoignage de Mélanie Pech, infirmière au sein de la coopérative.