Nouvelle formation intérimaires sur le thème de la place de l'Autre dans les métiers de l'humain

Intérimaires participants à la formation "Quelle est la place de l'Autre dans les métiers de l'humain ?"
Intérimaires participants à la formation "Quelle est la place de l'Autre dans les métiers de l'humain ?"

La place de l’Autre dans les métiers de l’humain, c’est le thème de la journée de formation qui s’est déroulée cette semaine au sein de Coopemploi. C’est dans le cadre d’un doctorat en Sciences de l’Éducation et de la Formation à l’université Jean Jaurès à Toulouse que Caroline-Marie Cavard a animé sa formation auprès de nos intérimaires.

Contexte de la formation : Quelle est la place de l’Autre dans les métiers de l’humain ?

« Le but de cette journée était de réfléchir ensemble, collectivement et d’échanger sur nos différentes pratiques professionnelles ». Caroline-Marie Cavard.

La journée s’est déroulée en deux parties, des entretiens collectifs sous forme de focus groupes qui ont permis aux intérimaires d’échanger sur leur parcours professionnel et sur leur poste actuel, puis dans un second temps, un théâtre forum. « C’est une méthode d’intervention souvent utilisée dans le travail social. Il permet de s’exprimer avec son corps au travers de la création de scènes mettant en avant des actions du quotidien », souligne la formatrice.

Les intérimaires présents lors de cette formation sont AMP, Aides-soignants ou encore AES et tous ont souligné le fait que leur statut de travailleur intérimaire est un atout. « Je me suis rendu compte en travaillant avec le groupe de cette formation que l’on s’accorde plutôt bien dans ce que l’ont fait. Le fait d’être intérimaire nous convient parfaitement », constate Béatrice, AMP.

« C’est vrai que notre statut nous convient parfaitement. Nous pouvons dire que nous avons uniquement le positif de notre métier ». Rémi, AES.

Mises en situation et retours d'expérience

Les intérimaires ont testé le jeu du dominant/dominé avec l’exercice de « la machine ». Lors de la seconde partie de la formation, les intérimaires ont travaillé des saynètes sur le conflit au travail qu’ils ont ensuite présenté par groupe. L’objectif était de lâcher prise et de créer quelque chose de collectif tout en passant un bon moment. « Cet exercice nous a permis d’extérioriser et de nous rendre compte de la manière dont on peut vivre le conflit sur notre lieu de travail. De voir que nos réactions sont à peu près les mêmes est extrêmement rassurant. Cela prouve que nous ne sommes pas des extraterrestres », se réjouit Malika, AMP.

Pour plus d’informations concernant les formations à venir, rendez-vous sur notre page « Nos formations ».

Vous souhaitez rejoindre Coopemploi ?

Articles supplémentaires

Sensibilisation sur le harcèlement au travail​

Coopemploi s'engage contre le harcèlement au travail, promouvant une culture du respect. Sensibilisons, signalons, créons des lieux de travail inclusifs. Ensemble, bâtissons la confiance et le respect.

Des aides-soignantes tunisiennes pour combattre la pénurie de personnel médico-social

Dans une démarche inédite pour contrer la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur médico-social, Coopemploi a initié une action novatrice en recrutant des aides-soignantes tunisiennes pour des missions de trois mois au sein d'EHPAD d'Occitanie.

Création d’un centre d’accueil d’urgence solidaire pour enfants

Un centre d’accueil d’urgence solidaire a ouvert ses portes le lundi 30 mars à Mondonville. En effet, à la demande du Conseil départemental de la Haute-Garonne et en partenariat avec plusieurs institutions dont la Ligue 31 et l’ANRAS, la création du centre est directement liée avec la situation sanitaire actuelle.